[Focus] Le Tsundoku, cette pathologie que j’ignorais

J’ai enfin réussi à mettre un nom sur ma névrose! Je suis atteinte d’une forme moderne et chronique de Tsundoku. Le Tsundoku, terme créé au  Japon au XIXème siècle désigne cette fâcheuse habitude d’empiler les livres dans une bibliothèque… sans pour autant les lire! A cette époque, l’élite japonaise se voulait savante, cultivée, pétrie de références littéraires. Alors, elle exhibait des livres qu’elle ne lisait pas ou ne comprenait pas forcément. D’ailleurs, Tsundoku, c’est juste un mix entre Tsunde (empiler) et Dokushu (lecture). Franchement quels frimeurs ces Japs!

Me concernant, je suis définitivement atteinte d’un Tsundoku aigu. Ma particularité c’est que j’accumule certes les livres, mais parce que je n’ai pas le temps de les lire. J’en achète souvent, j’en emprunte tout autant, et ma pile à lire (a.k.a. #PAL) , elle, s’allonge.

En fait, si le Tsundoku était une pathologie reconnue par la médecine du travail… il y a longtemps que j’aurais déposé un arrêt maladie.

Voir ma bibliothèque se remplir de livres pas encore lus fait partie des choses les plus frustrantes qui soient. Cela se répercute fortement sur ma motivation au travail, mon épanouissement, ma créativité (et j’exagère à peine là!).

Plus sérieusement, ma pile à lire est devenue longue comme mon bras. Et pour avoir fait un tour d’horizon d’autres blogueurs littéraires, j’ai pu constater que nous sommes TOUS atteints du même mal. Est-ce là un reflet de notre société de consommation? Excitation à l’idée d’avoir un nouvel ouvrage? Boulimie livresque? Un peu des trois! Ma résolution est prise, je compte me soigner. Et pour cela, cure de désintoxication totale à Amazon, librairie Tamery (mon article sur la super librairie Tamery est disponible ici), et Kube pendant les deux prochains moins. Pas de nouveaux romans, essais, et cie tant que je ne serai pas venue à bout de ma PAL.

Pendant que nous y sommes, et si je vous emmenais faire un petit tour d’horizon de cette fameuse PAL  avec en prime quelques commentaires qui devraient vous mettre l’eau à la bouche autant qu’à moi?

Ils ne pensent qu’à ça – Honorine NGOU

Un titre lapidaire envers les hommes… ils ne pensent qu’à ça. J’imagine déjà ce roman être pour la condition féminine. Procès contre l’homme ou plaidoyer pour la femme, telle est la question!

Recueil de poèmes – Tchicaya U Tam’si

Non, “recueil de poèmes” n’est pas du tout le titre de l’ouvrage. Le titre est assez long en fait: “Le mauvais sang suivi de Feu de brousse et A triche-cœur”. En fait il s’agit des trois premières œuvres du poète et romancier, qui ont été regroupées en une seule édition.

Le mystère de Nguema – Eric Joël BEKALE

Un autre recueil dans ma PAL, mais de nouvelles cette fois. La frontière entre le réel et le mystique est très mince. Libreville, la capitale gabonaise où se déroulent ces courtes histoires, n’aura jamais revêtue un manteau aussi sombre.

Le Messie du Darfour – Abdelaziz BARAKA SAKIN

“Formidable épopée d’une amazone de circonstance dans un monde en plein chaos […] une histoire d’aventure et de guerre, une histoire d’amitié et de vengeance qui donne la part belle à la magie du roman.” – Note de l’éditeur

Le harki de Meriem – Mehdi CHAREF

“La vie de Meriem, qui a épousé Azzedine alors qu’elle portait les stigmates de la femme répudiée, contient toutes les injustices de l’histoire franco-algérienne.”

La troublante histoire de Vikram Lall – MG VASSANJI

Ce roman de l’auteur kenyan a été plusieurs fois primé, notamment du Giller Prize 2004 et est décrit comme “l’un des plus beaux romans jamais écrits sur la trahison de l’innocence.”

Afrotopia – Felwine SARR

Extrait du livre: “L’Afrique n’a personne à rattraper. Elle ne doit plus courir sur les sentiers qu’on lui indique, mais marcher prestement sur le chemin qu’elle se sera choisi.”

No home – Yaa GYASI

Drame familial se déroulant entre deux continents, et différentes générations, à une époque hostile pour les Noirs: celle de la traite négrière.

Le terroriste noir – Tierno Monénembo

“Être noir et soldat, croyez-moi, c’est être mal vu des français, et chassé par l’occupant.” L’auteur par ce livre a voulu rendre hommage à ces “milliers de tirailleurs sénégalais qui erraient dans les forêts de France, livrés à la famine, aux allemands et aux loups.”

Lagos Lady – Leye ADENLE

Il s’agit ici d’un polar se déroulant au cœur de la capitale nigériane. Ce à quoi je m’attends? Ce que j’espère? Un rythme fou, effréné, une histoire au sortir de laquelle je serai à bout de souffle… Un peu comme si je venais de traverser Lagos.

Les vaisseaux du cœur – Benoîte GROULT

De ce roman je ne sais rien, si ce n’est que le titre est très tentant, et qu’il m’a été conseillé par une amie (qui se reconnaîtra sans doute, coucou B. ). Petit OVNI de ma PAL car n’étant pas un ouvrage “afro”, mais qu’à cela ne tienne… j’ai hâte de me plonger dans ces vaisseaux, dans ce cœur.

Alors, maintenant que vous mesurez l’étendue de ma PAL, pensez vous que je puisse, finalement, introduire un arrêt maladie, cause: livres à lire, auprès de mon boss? J’attends vos suggestions!! ^^

Portez vous bien et à très bientôt <3

4 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Lefreelosophe

    Tous les lecteurs doivent être atteints de la même maladie, à des degrés différents. Nous avons tous une #PAL plus ou moins importante. Peut-être pas pour les mêmes raisons. J’avais pris la résolution de lire un bouquin tous les 15 jours. Après deux bonnes lectures consécutives en un mois, j’ai commencé à accuser le coup. Trop d’activités (pro et familiales) ont fini par stopper ma lancée. Ce n’est pas une excuse mais on en trouve toujours une. Merci pour la découverte du #Tsundoku.

Les commentaires sont clos.