Blog

[Focus] Vivement la rentrée !

« Vivement la rentrée ! » C’est bien la phrase que je n’ai JAMAIS sortie de tout mon parcours scolaire et encore moins universitaire. Bien au contraire. Le mois d’août a toujours été pour moi celui durant lequel je devais profiter de mes derniers instants de répit-farniente-grasses-matinées avant de devoir retourner en cours, réviser, me sociabiliser à nouveau. Bref, la galère quoi.
Du coup, je vous rassure, la rentrée à laquelle je fais allusion c’est tout simplement… *roulement de tambour* … la rentrée littéraire 2018.

[Sénégal] Un Dieu et des mœurs – Elgas

Bonjour à tous. J’espère que vous allez bien. Ca fait (très) longtemps, je sais… mais depuis mon dernier post j’ai soutenu mon Master 2 (oui) et j’ai changé de ville (oui oui). En gros, j’étais prise dans un tourbillon administratif duquel je viens à peine de me dépatouiller.

Et je dois aussi vous avouer que je n’étais pas vraiment prête à écrire cet article, à parler de ce livre dont j’ai achevé la lecture il y a de cela quelques semaines.

"Commencer un roman, c'est prendre congé de la vie réelle."

Christine Orban

Separator image

[UK] Why I’m no longer talking to white people about race – Reni Eddo Lodge

Bonsoir par ici (ou bonjour). J’espère que vous vous portez tous bien ! Quelques semaines après avoir lu cet essai, qui est le premier livre de Reni Eddo Lodge, je trouve enfin deux minutes heures à moi pour vous en parler.

Reni Eddo Lodge est une jeune femme, journaliste, avec des centaines d’articles à son actif pour The New York Times, Daily Telegraph, Guardian, Independent, Dazed, et bien d’autres. Elle est Noire, Britannique, née en Angleterre, et d’origine Nigériane.  Ces précisions valent le détour parce que cette jeune femme de 24 ans, au moment où elle écrivait ce livre, a pris la décision de ne plus parler de races avec des personnes blanches.